lunedì 13 aprile 2015

Bouteille de CO2 Jetable



Bouteilles de CO2 jetables. Informations pour les usagers professionnels et les particuliers
Bouteille de Co2 pour eau petillante

Une partie importante du secteur du traitement des eaux potables est relié aux distributeurs d’eau pétillante, que ce soit pour l’utilisation domestique ou pour les lieux publics.
L’approvisionnement de CO2 (dioxyde de carbone) est un aspect que l’on ne doit pas sous-estimer du point de vue qualitatif et normatif, deux aspects très reliés.

LE DIOXYDE DE CARBONE
Le CO2 à utilisation alimentaire fait partie des addictifs et s’identifie avec le sigle E290.
Comme pour les aliments la traçabilité du produit est obligatoire et c’est pour cette raison que le lot de production doit être indiqué sur chaque emballage. La personne qui effectue l’opération de remplissage des bouteilles doit tout d’abord être autorisée par les autorités sanitaires en tant qu’ «opérateur du secteur alimentaire» et elle est dans l’obligation d’adopter un système de traçabilité du produit pour pouvoir procéder, en cas de besoin, au rappel des lots qui ont été introduits dans le commerce.
Les bouteilles rechargeables et celles jetables sont les deux sujettes à cette obligation et doivent en tous les cas présenter sur leur étiquette ou sur la bouteille même le numéro de lot de production.
REG CE 178 – 2002
Afin de pouvoir les tracer ce même numéro du lot de production doit être présent sur les documents de transport.

LES RECIPIENTS A PRESSION
La pression du gaz contenu dans les bouteilles représente un élément plutôt dangereux. L’augmentation de la température, par exemple, a une influence particulière sur la pression du récipient même.

Afin de garantir la sécurité des opérateurs, les normes de constructions prévoient que les bouteilles soient soumises à des épreuves d’explosion avec une pression qui varie en fonction de la nature du gaz contenu. Dans le cas de bouteilles avec une pression d’exercice de 165 bar, la pression d’explosion ne doit en aucun cas être inférieure à 330 bar.
L’humidité à l’intérieur des bouteilles en acier peut conduire avec le temps à l’oxydation (rouille) du matériel de construction qui génère des problèmes concernant le gout de l’eau, le mal fonctionnement du réducteur de pression et dans des cas extrêmes à une réelle possibilité d’explosion de la bouteille due à une diminution de l’épaisseur de l’acier à cause d’une corrosion localisée.
Afin d’éviter que cela arrive les bouteilles jetables ne doivent absolument pas être rechargées et doivent donc être fournies de soupapes projetées et construites selon les normes EN 13340.
Les distributeurs du produit sont dans l’obligation de vérifier la présence de soupapes sur les bouteilles et le marquage des soupapes mêmes ou la présence de la norme de référence sur l’étiquette de la bouteille.

LES ESSAIS SUR LES BOUTEILLES
Chaque bouteille, avant d’être remplie et mise en vente, doit être soumise à une épreuve qui consiste en une pressurisation à la pression d’exercice pour 30 secondes.
Entre autre, pour être utilisées en Europe les bouteilles doivent être projetées et construites selon les dispositions de la directive T-Ped (récipients à pression transportables) et porter le marque de conformitéhttps://gallery.mailchimp.com/53c6bfcd7e42ca8431e000814/images/marchio_T_ped.JPG et une série de marques ultérieurs comme les marques de certification, marques opératifs et marques de construction.
Le manque de ces marques indique que les récipients à pression ne sont pas conformes aux directives T-Ped et pour cette raison ne peuvent être mis en vente en Europe (vérifiez par exemple la présence du numéro ONU sur les bouteilles asiatiques)
Chaque bouteille ou lot de bouteilles doit être accompagné d’un certifié de conformité à la construction selon la directive 2010/35/UE et 1.8.7.4 de l’ADR
Les bouteilles d’importation asiatique manquent parfois de ce certifié et dans ce cas il est important de savoir que les certifications doivent impérativement être émises par un état membre de la Communauté Européenne. Dans le cas de la mise en vente de bouteilles et soupapes non conformes aux directives T-Ped, l’opérateur économique (que peut être le constructeur, l’importateur, le distributeur ou le propriétaire) est sujet à une sanction administrative qui peut varier d’un minimum de €2500.00 à un maximum de €15.000 par lot (en prenant un exemple de 200 pièces)

LE TRANSPORT
Le transport de dioxyde de carbone CO2 est sujet à la normative ADR pour des quantités égales ou supérieures à 1000 KG. Les quantités inférieures peuvent être transportées en exonération d’impôts selon les dispositions du 1.1.3.6 de l’ADR et les suivantes prescriptions doivent être respectées :
·         Etiquetage et marquage des bouteilles
·         Etiquetage et marquage des suremballages éventuels
·         Fixation du chargement sur le moyen de transport
·         Présence à bord d’un extincteur de minimum 2Kg de capacité
·         Document de transport qui contient les indications requises par l’ADR

Le transport effectué par des particuliers pour une utilisation personnelle ou domestique n’est pas sujet aux normes de l’ADR
Il est tout de même conseillé de respecter des règles de base :
·         Eviter de recharger les bouteilles dans des espaces clos
·         Bien fixer les récipients pour éviter les chocs
·         Eviter de laisser les bouteilles sur le moyen de transport quand la température extérieure est de plus de 20C°
Le dioxyde de carbone pour utilisation alimentaire (E290) contenu dans les bouteilles doit être conforme au décret du 11 Novembre 2009, n. 199 du Ministère du Travail, de la Santé et des Politiques Sociales
Le contenu des bouteilles doit être soumis à des analyses afin de vérifier les valeurs suivantes :
·         Co2 contenu (%v/v) qui doit être supérieur à 99%
·         CO contenu (ml/l) qui doit être supérieur à 10 microgrammes l/l
·         Huile contenue (mg/l) qui doit être inférieure à 0.1 mg/l
·         Acidité
·         Substances réductrices
Le fournisseur de bouteilles de CO2 doit effectuer sur un échantillon les analyses en laboratoire ci-dessus avant de mettre en vente le produit.

sabato 11 aprile 2015

Acqua torbita e microfiltrazione

Filtri che si intasano precocemente, perchè ?

 Nella nostra esperienza di installatori e manutentori riscontriamo in maniera sporadica fenomeni di intasamento delle cartucce filtranti.  Questo perchè a Genova e provincia la qualità dell'acqua erogata è sostanzialmente buona e perchè utilizziamo materiale  di elevata qualità.

Da altre zone del nostro paese riceviamo parecchie segnalazioni di colleghi  su cartucce e sistemi di filtrazione che si intasano molto precocemente.

Dato un filtro meccanico, per definire la sua "resistenza" all'oclusione  dobbiamo prendere come riferimento tre parametri:

1) la torbidità dell'acqua in ingresso
2) la dimensione della maglia  del filtro
3) la superficie della maglia del filtro

La rimozione della torbidità, ossia del particolato è limitata dalla sezione di passaggio dell'acqua, ossia dalla superficie totale dispobilile.

I filtri a cartuccia, siano essi a sedimenti o carbon block con maglia sotto i 5 micron sono a rischio  di intasamento quando l'acqua in ingresso presenta torbidità fini.

I filtri con tecnologia precoat  tipo Everpure o Refiner hanno una durata maggiore perchè la loro superficie è ben più ampia della candela di carbone.  Anche questi s intasano visto il loro livello di filtrazione più spinto 0,5 micron, non ostante la grande superficie di filtrazione, circa 8/9 volte quella di un filtro con Carbon Block

carbon block e filtro con carta plissettata

La soluzione commerciale "all'italiana" consiste nel dichiarare un grado di filtrazione basso, 0,3 micron o 0,5 micron, per poi utilizzare realmente una filtrazione sopra i 10 micron.  Non facciamo nomi, di fronte al sospetto invitiamo a soffiare dentro la cartuccia, in assenza di contropressione, è chiaro che quanto dichiarato è palesemente falso.....

La soluzione tecnica è un po più complessa, si tratta di prefiltrare l'acqua in ingresso  con un sistema ad  imbuto, ossia filtri a 20, 10, 5 1 micron in sequenza. e aumentare la frequenza di sostituzione delle cartucce.

In alcuni casi, purtroppo ci si deve arrendere e lavorare con tecnologia diversa,   filtri con carbone granulare  GAC  seguiti da filtri del particolato a 10 e 5 micron.

Da ultimo segnaliamo che esistono in commercio  cartucce di scarsa  qualità  che si instasano e si bloccano non tanto per le condizioni gravose dell'acqua di rete, ma perchè  costruite  male con materiali scadenti.